Récit d'enfance

Je ne dirais pas que j’ai eu une enfance des plus malheureuse, mais je ne la qualifierais pas, pour autant, d’heureuse. Mettre des mots sur ce passage de ma vie n’est pas évident. Des émotions qui resurgissent. Des flashbacks que j’avais mis de côté bien rangé dans un coin, que j’expose aujourd’hui dans l’espoir d’en aider d’autres.

Le souvenir de ce père n’admettant pas sa dépendance à l’alcool, et pourtant la bouteille toujours là et bien présente sur la table. Son regard vide qui, après quelques verres, devenait haineux. Les insultes qui s’entrechoquent, les une contre les autres, au rythme des cris. Le visage de ma mère marqué par le stress et l’angoisse de cette vie. Et moi, au milieu de tout cela, me sentant le devoir de protéger ma sœur et mes frères, mais paralysée par la peur et l’impuissance.

Cet homme, que j’étais sensée admirer, parce qu’un père, c’est ça normalement, une sorte de « héros » ! Au lieu de ça, il ne m’inspirait que peur et angoisse. Cette boule insoutenable dans le ventre au réveil. L’angoisse de connaître le déroulement de la journée. Les fêtes de fin d’année gâchées par la violence de ces discours. L’odeur anisée du Pastis dans sa bouche, quand ce n’étais pas le Whisky ou le rouge. Ma mère fatiguée de toute cette charge physique et psychologie.

Des scènes marquantes, qui m’ont volé mon innocence, m’obligeant à porter un masque pendant longtemps. Celui qu’on l’on appelle « Le sourire ». Des blessures intérieures pansé, avec le temps et qui cicatrisent, encore, aujourd’hui.

Une vulnérabilité, Une dépendance affective, Une hypersensibilité, Un rapport compliqué à l’alimentation, Une peur de l’abandon, Un manque de confiance en soi…

Toutes autant de séquelles laissées par ce passage de ma vie. Une intime et infime parcelle de moi, que je vous livre aujourd’hui. Des mots, le témoignage d’une enfant devenu femme et qui malgré ces blessures, c’est construite.

La chose essentielle à retenir… Le passé n’induit pas l’adulte que tu es, c’est à toi de décider comment porter ce bagage de vie. Ces blessures intérieures qui, ont laissé des traces non-négligeables, fais-en ta force. Tu es forte et courageuse quelle que soit ton histoire. Il est temps de dégommer ces blessures et de porter fièrement les cicatrices, car il s’agit de ton récit de vie !

Avec tout mon amour rayonnant,

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés